· 

"Je n'aime pas écrire"

Il n'aimait pas écrire. Mais ça, c'était avant de franchir la porte de mon cabinet. Recopier une poésie, se livrer à l'exercice de la dictée, rédiger une production libre... Ces pratiques relevaient, pour cet élève de CM2, de la corvée. Et il le faisait savoir en levant les yeux au ciel, en soupirant et maugréant...Imperceptiblement. Ou presque...

 

Sa progression est pourtant saisissante. Il suffit de regarder l'écriture avant/après de cet écolier pour s'en convaincre en un seul coup d'oeil. Même si écrire n'est pas devenu une passion, l'activité graphique n'est plus un problème pour lui. Un manque de soin ne lui est plus reproché à l'école. Les stratégies de copie lui permettent de gagner du temps et d'améliorer son orthographe. I la même intégré le groupe de niveau supérieur lors des dictées.

 

Alors, qu'a-t-il pu bien se passer en lui pour que s'opère un tel changement ? L'esprit de compétition a joué un rôle, sans doute. Relever de petits défis, un à un, avancer pas à pas, à son rythme, se tromper sans renoncer, persévérer, continuer à y croire... lui ont permis de gagner en confiance et en réussite.

 

 

Affronter ses faiblesses, les surmonter pour mieux les dépasser

 

Je suis moi-même souvent surprise, impressionnée , voire émue... de découvrir sous mes yeux, en fin de suivi, tout le chemin parcouru, en quelques mois, de ceux qui osent affronter leurs faiblesses, les surmonter pour mieux les dépasser.

 

Comme on peut le voir sur les échantillons d'écriture, les formes anguleuses se sont arrondies, les lettres auparavant dansantes reposent mieux sur la ligne, les espaces entre les lettres et les mots sont moins serrés et plus réguliers, le trait souvent retouché est désormais plus net, l'exécution plus rapide...

 

Le premier pas est parfois le plus difficile. A tout âge. Mais quelle satisfaction de voir ses efforts récompensés ! Et quelle belle leçon à tirer pour l'avenir que de comprendre que l'action est toujours 100% payante !